Piégeage des nuisibles

Après une formation et l'obtention d'un agrément préfectoral, GUEPES BUSTERS vous propose le piégeage (cage ou pièges à lacets ) des animaux suivants (classés nuisibles)  :

 

-la fouine (Martes foina) : La fouine

 

Sa longueur va de 40 à 54 centimètres et son poids se situe entre 1,1 et 2,3 kilogrammes. La fouine a une espérance de vie de trois à 12 ans, l'âge maximal en liberté étant de 10 ans. En captivité ou en élevage, elle peut toutefois atteindre l'âge de 18 ans.

La fouine est une espèce de mammifères carnivores d'Europe et d'Asie, au pelage gris-brun, courte sur patte. Son activité est surtout nocturne. Elle est opportuniste et se nourrit selon les saisons, de petits mammifères, de fruits, d'oiseaux, de déchets trouvés près des habitations. Il lui arrive de dévaster un poulailler lorsqu'elle est à la recherche d'œufs. Excitée par la panique créée chez les poules, elle tue tout ce qui bouge. Bien qu'essentiellement carnivore, les produits végétaux (baies et fruits) constituent une part importante de son alimentation. Elle s'attaque aux circuits électriques des voitures et à l'isolation des maisons, et elle ronge également le caoutchouc.

La fouine est très proche de la martre commune (Martes martes), à tel point que lors d'une observation la confusion est possible même si elles ne sont pas inter fécondes. Le critère le plus direct pour déterminer l'animal observé consiste à observer la couleur du pelage située sous la gorge, sur le poitrail et le haut des pattes. Chez la martre une tache claire de couleur jaunâtre est observable sur le poitrail, alors que chez la fouine cette tache est franchement blanche, couvrant la gorge, le haut des pattes antérieures et le poitrail.

La fouine est capable d'occuper des milieux très variés. Elle vit spécialement dans la campagne (bois et vergers) mais aussi à proximité des habitations et jusque dans les villes, gîtant dans les granges et les greniers. Elle grimpe bien mais ne se risque pas aussi haut que la martre commune, plus liée à la forêt. Il s'agit d'ailleurs de la seule espèce de martre à ne pas vivre exclusivement dans la forêt.

Les fouines sont des animaux solitaires, comme la plupart des autres espèces de martres. Elles évitent leurs congénères en dehors des périodes de reproduction. Il s'agit d'animaux territoriaux qui marquent leur territoire avec des secrétions et le défendent au moins contre d'autres fouines de même sexe. La grandeur du territoire est variable, mais reste inférieure à celui de la martre commune. Leur grandeur va de 12 à 210 hectares et varie en fonction du sexe (les territoires des mâles sont plus grands que ceux des femelles), de la saison (ils sont plus petits en hiver), de l'habitat (ils sont plus grands en campagne qu'en ville) et de la nourriture disponible.

La femelle met bas une fois par an, en mars ou en avril. La portée de la fouine compte de deux à cinq petits qui naissent aveugles et nus. Ils ouvrent les yeux après un mois, sont sevrés après deux mois et sont indépendants à l'automne.

-le renard ( Vulpes vulpes) : Le renard

Le renard a une petite taille (60 à 75 cm pour le corps, et 35 à 50 cm pour la queue), un poids d'environ 6 kg. Il a un crâne étroit et allongé avec un museau fin se terminant par une truffe noire et une boîte crânienne peu développée. La gorge, le menton et le pourtour de la bouche sont blancs, et on distingue une tache sombre à l'arrière de la truffe, sur le côté du museau, et un larmier de même couleur, plus ou moins marqués. Il a une petite bouche, armée de 42 dents. Ses canines sont longues et pointues. Les incisives sont légèrement inclinées vers l'intérieur, et permettent à l'animal de saisir ses proies et couper les petits morceaux de viande. Les prémolaires sont simples et pointues tandis que les molaires ont une forme plus aplatie et sont bien adaptées pour broyer les aliments, comme les os des petites proies par exemple.  Les oreilles sont triangulaires et bien mobiles.

Les renards vivent généralement entre 2 et 3 ans, mais leur espérance de vie peut aller jusqu'à 10 ans et même plus, lorsqu'ils sont en captivité.

Les renards sont des vecteurs de la rage, de la trichinose ou de l'échinococcose alvéolaire, maladie qui peut se révéler mortelle chez l'homme. Il faut souligner que cette pathologie se découvre plusieurs années après l'avoir contractée : certaines personnes sont mortes car on croyait à un cancer du foie. Ces maladies sont transmises par la salive ou les excréments des carnivores porteurs ou par ingestion d'aliments souillés par eux.

Le Renard roux peut former des groupes sociaux. Cela dépend de la ressource disponible dans son environnement. Dans des milieux aux ressources alimentaires limitées, il vit solitaire, formant des couples uniquement en période de reproduction. Dans des milieux plus riches, il vit en couple toute l'année. Enfin dans des milieux exceptionnellement riches, et où il évolue en toute quiétude, il peut vivre en petit groupe pouvant atteindre sept animaux, dans lequel on trouve notamment des femelles nées l'année précédente et qui ne se sont pas dispersées. Dans ce cas, seul le couple dominant peut se reproduire, et il existe une hiérarchie bien établie au sein du groupe. Les femelles subordonnées participent au ravitaillement et à l'élevage des petits. Elles occupent généralement un territoire périphérique à celui du couple dominant. Leur statut peut changer au fil du temps, et elles peuvent être incitées à partir par le couple dominant.

Le Renard roux utilise les odeurs pour communiquer.
 

Le Renard roux est souvent considéré comme un animal nocturne. En réalité il s'agit surtout d'un animal méfiant qui préfère la tranquillité et la quiétude de la nuit pour sortir. Dans des régions où il n'est pas dérangé, il peut néanmoins tout à fait adopter un mode de vie plus diurne.

Le Renard roux est omnivore, il passe environ le tiers de son temps à chasser. Son alimentation est très variée, notamment suivant son habitat et la saison. Sa première source de nourriture est constituée de petits vertébrés, n'excédant pas la taille d'un lapin de garenne, il a une préférence pour les petits rongeurs comme les campagnols et les souris, mais aussi les écureuils terrestres, les hamsters, les gerbilles, les marmottes,.... Il peut également manger des oiseaux, ainsi que des porcs-épics, des ratons laveurs, des opossums, des grenouilles et des reptiles,occasionnellement il mange des insectes. Les Renards roux mangent parfois des végétaux, graines, champignons et fruits. En ville il ne dédaigne pas les déchets ménagers. Le Renard roux est opportuniste et adapte son alimentation à la saison et à l'accessibilité de la nourriture.

La période de reproduction a principalement lieu entre la mi-janvier et la mi-février. La mise bas a lieu de mars à mai, après 51 à 53 jours de gestation. Elle a lieu dans un terrier, qui est rarement creusé par le renard lui-même. Celui-ci utilise généralement un terrier de blaireau, de lapin de garenne ou de marmotte, ou une cavité naturelle dans des rochers ou des souches. Le terrier fait généralement 5 à 15 m de long, comporte plusieurs pièces, et est orienté vers le sud. Généralement il comporte plusieurs sorties, est placé suffisamment en sécurité pour permettre aux petits de sortir sans risque, et est situé à proximité d'un point d'eau. Au mois de juillet, la famille quitte le terrier, pour s'établir généralement dans un champ de céréales ou de maïs, à proximité de terrains de chasse. À l'automne commence ensuite la dispersion des jeunes.

-le corbeau freux (Corbeus frugilegus) : Le corbeau freux

Les corbeaux freux sont des passereaux omnivores qui nichent en colonies. Le corbeau est de grande taille, au bec prononcé, pointu, légèrement recourbé vers le bas et plus fin que celui de la corneille et au plumage noir d'un éclat métallique. Il mesure de 40 à 47 cm et pèse 380 à 520 g pour une envergure de 77 à 90 cm et une longévité de 20 ans. Le plumage des plus grands freux est d'un noir uniforme, avec un éclat légèrement violet-bleuâtre. Selon l'éclairage, la crête et la nuque offrent des reflets verts ou violet métallique.Ils vivent en colonies très bruyantes ; les oisillons atteignent en l'espace de huit mois leur taille adulte.

Le corbeau freux fréquente le plus souvent les champs et prairies ouverts, parsemés d'arbres, de bosquets ou de petites forêts. Il est commun dans les régions aménagées pour l'agriculture. Il apprécie particulièrement les espaces verts, qui présentent des caractéristiques communes avec les terres agricoles.. Il n'est pas farouche vis-à-vis de l’homme, et de nombreuses colonies de freux vivent et se reposent au voisinage immédiat des lotissements, souvent aussi dans les jardins publics des grandes villes, où leurs cris aigus et leurs excréments parsemant les trottoirs et carrosseries de véhicule sont ressentis comme une nuisance.

Comme toutes les espèces de corbeaux (Corvus), le freux est omnivore. Bien qu'il préfère la nourriture carnée aux végétaux, ces derniers représentent les deux tiers de son alimentation. Les lombrics, diverses espèces de cousins, les scarabées, ainsi que les gastéropodes sont ses proies favorites. Mais il ne dédaigne pas les mammifères comme les musaraignes et le campagnol terrestre, voire rarement, de petits oiseaux et leur couvée. L’hiver il peut se rabattre sur les charognes.

L'oiseau recherche sa nourriture au sol, en marchant ou en sautillant ; son bec pointu est un outil universel, qui lui permet aussi bien de creuser (pour les graines), de briser (les coquilles), de fouiller (le sol), de piquer (limaces et chenilles) que de sonder le sol.

Le corbeau freux se comporte aussi bien comme un oiseau migrateur que comme un sédentaire.

Le corbeau freux est mûr sexuellement dès la fin de sa deuxième année ; les couples sont monogames persistants. La construction du nid commence au début du mois de mars. Les nids sont rapprochés les uns des autres, mais une inter distance d’au moins un mètre est généralement respectée. On trouve aussi parfois, mais exceptionnellement, des nids sous les toits, les ponts ou d’autres édifices et même au sol La couvée consiste en trois à six œufs (et même parfois jusqu'à neuf), de couleur bleu-vert, insensiblement tachetés de sépia ou de gris. Elle sera couvée par la mère pendant 16 à 19 jours, tandis que le mâle se charge de la nourriture. Le nid est occupé environ un mois. Il n'y a qu’une couvée par an, et ce n'est qu’en cas de perte d'une couvée qu’aura lieu une deuxième, voire exceptionnellement une troisième couvée dans l’année.

 

-la corneille noire  (Corvus corone) : La corneille noire

La corneille noire est un oiseau qui se rencontre couramment dans une grande partie de l'Europe et en Asie, principalement à la campagne, mais également en zone urbaine. Elle mesure de 44 à 51 cm de long pour un poids de 540 à 680 g. Son envergure est de 94 à 109 cm.

Elle possède une robe noire brillante, des pattes noires, un bec gris foncé à noir, trapu et effilé. La corneille noire est plus grande que le corbeau freux.

La Corneille noire vit en couples territoriaux quand elle est adulte, en bande pour les juvéniles. Sa période de nidification s'étend de mars à juin : le nid est installé le plus souvent sur la fourche d'un arbre, mais on en voit aussi dans des structures métalliques et parfois même au sol. Elle pond une seule fois, jusqu'à une demi-douzaine d'œufs.
Très bien adaptée aux écarts de température, et lorsque vivant près de zones habitées par l'homme (y trouvant plus facilement de la nourriture), certaines d’entre elles décident de ne pas migrer vers le sud en hiver.

Elle se nourrit surtout de cadavres, de petits animaux et, en zone d'habitation humaine, de déchets. Elle pille également les autres nids. Sa longévité serait d'une vingtaine d'années.

-la pie bavarde ( Pica pica) : La pie bavarde

 

La pie bavarde arbore un plumage noir sur le dessus du corps, au niveau de la tête, de la poitrine et de la partie sous-caudale, et blanc au niveau du ventre, des flancs, des rémiges primaires et à la base des ailes. Le plumage noir montre des reflets métalliques, bleuâtres sur les ailes, violacés sur le corps et la tête, et verdâtres sur la queue, dus à une iridescence des plumes. Le bec est noir, de même que les pattes et l'iris des yeux.

Cet oiseau d'assez grande taille (de 44 à 56 cm de longueur) est doté d'une longue queue (de 20 à 30 cm). L'envergure varie de 52 à 60 cm et le poids de 190 à 250 g. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle. La coloration des ailes peut donner une indication de l'âge de l'individu. Sa durée de vie est de 16 ans.

La pie bavarde est omnivore : son régime alimentaire peut varier, mais est essentiellement constitué : d'invertébrés (vers, limaces, insectes...) de fruits et graines diverses ; d'œufs (prédaté dans les nids de passereaux) ; de poussins d'autres oiseaux (2 % du régime alimentaire au printemps/été) ; détritus d'origine humaines (surtout en ville, où elle a parfois appris à percer les sacs poubelles) ; charognes (animaux écrasés sur les routes)

Dès février, chaque couple défend un territoire et construit un ou plusieurs nids, le plus souvent en hauteur et près du tronc dans des arbres, occasionnellement plus bas. Un seul nid recevra la ponte : de trois à dix œufs que la femelle couve seule durant un peu moins de trois semaines. Après l'éclosion, les petits restent au nid durant quatre semaines environ. Ils sont nourris par les deux parents. La pie bavarde ne se reproduit qu'une fois par an - sauf pontes dites de remplacement, à la suite d'échec de la nidification.

La pie bavarde affectionne particulièrement les lieux riches en bosquets, les petits bois ainsi et, de plus en plus, les parcs et jardins des zones urbaines, les délaissés routiers et autoroutiers. Dans son aire de répartition, on la retrouve donc dans tous les types de milieux à l'exception des forêts denses.

-le geai des chênes (Garrulus glandarius) : Le geai des chênes

Le geai des chênes est reconnaissable à son plumage coloré, rayé de noir et blanc sur la tête, dont les plumes peuvent se dresser (huppe érectile). Son bec est prolongé par une bande noire sous l'œil qui donne l'impression qu'il porte des sortes de moustaches noires.

Son corps est brun rosé sur le dessus et brun plus clair sur le dessous, sa queue est noire, son croupion et son bas-ventre blanc, ses rémiges primaires des ailes sont bleu vif et noir. La femelle et le mâle ne se distinguent que par la taille, 30 à 36 cm, plus modeste chez la femelle. Son envergure est de 45 à 55 cm. Déployées, ses ailes révèlent des marques blanches et bleues.

Son régime alimentaire est omnivore: il se nourrit de larves et d'insectes comme la mésange et le moineau et il a aussi une alimentation végétale. Il affectionne particulièrement les glands des chênes qu'il cache pour l'hiver. Comme tous les corvidés, il est à l'occasion prédateur d'autres oiseaux ; il n'hésite pas à s'attaquer aux nids de petits oiseaux (fauvettes par exemple) pour manger leurs œufs voire des oisillons. Il peut voler un œuf en quelques secondes.

La femelle pond de 3 à 6 œufs de couleur verdâtre, d'avril à juin. Le geai des chênes ne se sent pas à l'aise sur les terrains découverts, il niche de préférence dans les bocages et dans les bois, mais peut aussi vivre dans les parcs et jardins des villes, petites et même grandes.

 

-l'étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) : L'étourneau sansonnet

 

L'étourneau sansonnet possède un  corps rondelet, des ailes courtes, triangulaires et pointues, une queue courte et carrée. L'étourneau sansonnet a une longueur de 17 à 22 cm pour un poids variant de 60 à 95 g. Son envergure est de 37 cm en moyenne. Il a le bec conique, long, fin, pointu. Ses pattes sont longues et fines, brun rosé et son œil est brun foncé.

L'adulte en plumage nuptial est noir et brillant avec des reflets verts iridescents verts et rouge violacés et moucheté de blanc sur le dos et le bas du ventre. Le bec est jaune. Le plumage inter nuptial est similaire, mais a perdu de ses reflets iridescents, et les taches claires de la partie inférieure remontent jusqu'à la gorge et sont plus nettes sur le dos. Le bec est sombre.

Il est opportuniste et omnivore, son penchant pour les fruits (cerises, olives, raisin…) fait qu'il est peu apprécié par les cultivateurs en Europe de l'Ouest et au bord de la Méditerranée, mais il est apprécié par ceux d'Europe de l'Est car il y est essentiellement insectivore.

Cet oiseau peut être solitaire comme il peut aussi former des nuées de plus de 100 000 individus, qui s'organisent en dortoirs pour la nuit. Lorsqu'elle est grégaire, cette espèce donne un spectacle impressionnant à voir et à entendre. Cette espèce, adaptable et omnivore, est considérée comme « nuisible » dans nombre de pays où elle a été introduite. L'étourneau sansonnet niche dans des trous, dont il chasse volontiers d'autres espèces, ce qui peut entraîner une compétition pour les sites de nidification.

 

-le lapin de Garenne (oryctolagus cuniculus) :

Le lapin de garenne mesure de 34 à 50 cm (longueur tête et corps) pour des oreilles de 4 à 8 cm. Son poids varie de 1,2 kg à 2,5 kg. Il possède une fourrure douce de couleur brun roux, parfois couleur fauve qui constitue un camouflage de choix contre ses prédateurs.

Les dents d'un lapin, notamment ses incisives, poussent sans arrêt. Le lapin doit constamment « user » ses dents afin d'éviter qu'elles ne deviennent trop longues (ce qui pourrait par ailleurs le blesser).

Le lapin est un animal nocturne et crépusculaire, les individus vivent en couple si la densité est faible et en groupe quand elle est plus importante. Un groupe compte jusqu'à 20 sujets adultes. Le lapin commun est très prolifique. En effet, les accouplements peuvent avoir lieu toute l'année, même si la plupart des mises bas ont lieu de février à août. On a calculé que la descendance théorique d'un seul couple pourrait atteindre le chiffre de 1 848 individus à la première génération si tout facteur de mortalité précoce était écarté. Les femelles atteignent la maturité sexuelle dès 3,5 mois, contre 4 mois pour les mâles. La gestation dure 28 à 33 jours. Une lapine a en moyenne 3 à 5 portées par an, chacune comptant de 3 à 12 lapereaux ; l'intervalle minimal entre deux portées est de 30 jours. Les lapereaux naissent nus et les oreilles et yeux fermés ; ils n'ouvrent pas les yeux avant 10 ou 12 jours. La mère les allaite une fois par jour pendant trois à quatre semaines. Les lapins vivent 9 ans au maximum ; en moyenne, leur longévité ne dépasse guère les deux ans.


Le lapin est herbivore et caecotrophe, c’est-à-dire qu'il mange ses propres crottes molles dès leur sortie de l'anus. À l'état sauvage, son régime alimentaire est variable, suivant l'environnement local. Il se nourrit de plantes herbacées, il peut creuser légèrement la terre pour trouver racines, graines et bulbes ; il est également capable de grimper dans des arbrisseaux et des buissons pour manger les jeunes pousses. Le lapin mange également des plantes cultivées (céréales, carottes ou choux). Un adulte consomme de 200 à 500 grammes de plantes par jour. Quand les lapins sont présents en densité importante, leur impact sur le milieu est important : ils entravent la reproduction de certaines espèces de plantes mais aussi, en conséquence, d'animaux.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site